7, avenue Pablo‑Picasso
92022 Nanterre
+33 (0)1 46 14 70 00
NO51 Mu Naine Vihastas - Nanterre-Amandiers
NO51 Mu Naine Vihastas - Nanterre-Amandiers
NO51 Mu Naine Vihastas - Nanterre-Amandiers
NO51 Mu Naine Vihastas - Nanterre-Amandiers

Photo : Tiit Ojasoo

Photo : Tiit Ojasoo

Photo : Tiit Ojasoo

Photo : Tiit Ojasoo

7 avenue Pablo‑Picasso
Nanterre, FR 92022

NO51 Mu Naine Vihastas

Conception et mise en scène

Ene-Liis Semper & Tiit Ojasoo

Teater NO99

2 — 6 décembre 2016
Création 2014
Duration
1h30
Location
Salle transformable
Spectacle créé le 10 mai 2014 au Teater NO99 à Tallinn, Estonie.

NO51 Ma femme m’a fait une scène et a effacé toutes nos photos de vacances

Un homme, seul dans sa chambre d’hôtel, est désespéré: il a perdu toutes les photos de ses vacances en famille et se retrouve confronté à la perte de ce qui, pour lui, était devenu la preuve, la trace tangible qu’il avait bien vécu ces moments dont il cherchait à fixer l’émotion. Débarquent alors de parfaits inconnus qui vont l’aider à reconstruire les photos disparues, retransmises sur grand écran en temps réel. Commençant comme une parodie de farce, Ma femme m’a fait une scène et a effacé toutes nos photos de vacances est un spectacle qui change de genre au cours de la représentation: bien vite, la mise en scène virtuose d’Ene-Liis Semper et Tiit Ojasoo délaisse les codes du théâtre pour devenir un essai sur la photographie, puis une parabole sur le rapport que nous entretenons aux images. «La photographie, c’est notre exorcisme. La société primitive avait ses masques, la société bourgeoise ses miroirs, nous avons nos images», écrivait Jean Baudrillard. La pièce donne une forme à cet écart entre la photographie et la réalité qui est photographiée – une réalité que nous ne parvenons jamais à saisir dans sa version originale, une réalité que nous recréons à travers nos clichés. Alors que nous vivons dans un monde envahi et façonné par les images, ce spectacle tente de fixer un vertige: celui d’être perdu dans l’océan du temps qui passe, une fuite que nous essayons de conjurer à travers la photographie – comme la preuve que nous avons bien existé.