7, avenue Pablo‑Picasso
92022 Nanterre
+33 (0)1 46 14 70 00
MONUMENT 0 : hanté par la guerre (1913-2013) - Nanterre-Amandiers
MONUMENT 0 : hanté par la guerre (1913-2013) - Nanterre-Amandiers
MONUMENT 0 : hanté par la guerre (1913-2013) - Nanterre-Amandiers
MONUMENT 0 : hanté par la guerre (1913-2013) - Nanterre-Amandiers

Photo : Ursula Kaufmann

Photo : Ursula Kaufmann

Photo : Ursula Kaufmann

Photo : Ursula Kaufmann

7 avenue Pablo‑Picasso
Nanterre, FR 92022

MONUMENT 0 : hanté par la guerre (1913-2013)

Direction artistique

Eszter Salamon

4-7 fév. 2016
Durée
1h15
Lieu
Salle transformable
Pièce créée le 8 août 2014 à l’Internationales Sommerfestival, Kampnagel, Hambourg, Allemagne.

MONUMENT 0 : hanté par la guerre (1913‑2013) donne le coup d’envoi d’une série de pièces que la chorégraphe consacre à l’Histoire du xxe siècle. Une Histoire réécrite à partir des documents peut‑être les plus volatiles qui soient : des danses tribales et ethniques pratiquées dans différents pays, toutes liées aux guerres qui ont déchiré les cinq continents au cours du siècle dernier. Grâce à un colossal travail de recherche puis de montage, Eszter Salamon exhume deux impensés de la conscience occidentale : les danses rituelles et folkloriques que la danse moderne a bannies de son canon esthétique et les guerres postcoloniales que l’Europe a chassées de son histoire officielle. Solos, duos, trios et danses collectives dessinent une radiographie de ces corps tour à tour menaçants et affaiblis, intimidants et magiques. Les six danseurs de cette performance s’immergent dans des états physiques en perpétuelle métamorphose, ne cessant d’interroger notre propre rapport à ce matériau documentaire. Les spectateurs et spectatrices de ces danses en viennent à questionner leurs propres fantasmes, affronter leur désir d’exotisme, prendre de la distance, puis se trouvent à nouveau brutalement plongés dans le matériau troublant de ces archives mouvantes. Dans MONUMENT 0, la scène devient la surface sensible de notre rétine, sur laquelle s’impriment des visions refoulées, des corps oubliés, des silhouettes qui, telles des fantômes, semblent émerger du noir de la mémoire.