7, avenue Pablo‑Picasso
92022 Nanterre
+33 (0)1 46 14 70 00
Le Théâtre et son double - Nanterre-Amandiers

Photo : Martin Argyroglo

7 avenue Pablo‑Picasso
Nanterre, FR 92022

Le Théâtre et son double

Conception et mise en scène

Gwenaël Morin

Texte de

Antonin Artaud

Reporté en 2020-2021
Durée
1h
Lieu
Plateau Grande salle
Créé le 10 mars 2020 à Nanterre-Amandiers, centre dramatique national.

Compte tenu des spécificités de la scénographie, le public est invité à s’asseoir au sol.

SPECTACLE REPORTÉ EN 2020-2021

Après ses relectures de grands classiques (Molière, Shakespeare, Sophocle, Racine…), Gwenaël Morin s’empare du Théâtre et son double d’Antonin Artaud en se donnant comme point de départ le manifeste du « théâtre de la cruauté ». Sous une immense bulle blanche dans laquelle sont installés comédiens et spectateurs, le metteur en scène interroge son expérience à la lumière des théories d’Artaud jusqu’à détruire son propre travail, à la recherche d’un autre théâtre sous les ruines.

Comment relire Artaud sans vouloir le relier ? Comment le reprendre sans chercher à le comprendre, à l’intégrer, à le faire rentrer dans des cases qu’il n’a cessé de faire exploser ? Comment le rejouer sans prétendre le retrouver ? Une piste de réponse se trouve peut-être dans le titre de l’ouvrage qui a servi ici de point de départ à Gwenaël Morin : « le théâtre et son double ». Ou … le théâtre est son double… Redoubler. Rejouer mais rejouer vraiment : comme si on réinventait le jeu chaque fois, comme si aucune règle ne précédait ou comme si la règle dépendait à chaque fois de chacun des membres composant la petite communauté théâtrale que Morin a rassemblée ici et qui tente d’abord de se relier. Non pas « relier » l’auteur, recoudre ses parties éclatées mais se relier, chacun et ensemble, à la croyance folle d’Artaud dans le théâtre. Relier, religere, religion. Inventer la religion qui, cette fois, n’aura pas pour Dieu l’Artaud mystifié que l’on a tant vu représenté ; la religion qui, d’ailleurs, n’a pas de dieu et qui a ramené l’extrême de la transcendance dans la ritualisation à outrance. Il faut rejouer le rituel, relier entre eux différents textes d’Artaud en suivant, non pas une règle, mais un principe actif, un principe acteur : faire théâtre. Faire théâtre vraiment. Ce théâtre n’a jamais existé, il n’existe que sur fond de vide, il repose sur la possibilité du vide. Il est un théâtre dont le double est la vie, dont le double est la mort, il est un théâtre de la cruauté.

 

Biographie