7, avenue Pablo‑Picasso
92022 Nanterre
+33 (0)1 46 14 70 00
Soubresaut - Nanterre-Amandiers
Soubresaut - Nanterre-Amandiers
Soubresaut - Nanterre-Amandiers
Soubresaut - Nanterre-Amandiers

Photo Brigitte Enguerand

Photo Brigitte Enguerand

Photo Brigitte Enguerand

Photo Brigitte Enguerand

7 avenue Pablo‑Picasso
Nanterre, FR 92022

Soubresaut

Conception

Théâtre du radeau

Mise en scène et scénographie

François Tanguy

22 SEPTEMBRE — 8 OCTOBRE 2017
Durée
1h20
Lieu
Salle transformable
Avec le Festival d’Automne à Paris


Spectacle créé le 2 nov. 2016 au Théâtre national de Bretagne – Rennes.

Soubresaut est le nouveau poème théâtral de François Tanguy et du Théâtre du Radeau. «Soubresaut», comme cet état transitoire, où les images vibrent et où les lignes de vie se mettent à trembler comme autant de raccords entre l’horreur et la beauté. Dans cette fresque dont le tracé ne cesse de se défaire et de se recomposer, les voix de Kafka, Ovide, Dante, Giordano Bruno, Labiche, Peter Weiss, Kierkegaard et quelques autres côtoient les corps des acteurs, pris entre apparition et disparition. Les présences éclatent dans différentes pénombres, par ce contraste avec l’ombre ou le reflet, lorsque les corps ne se laissent percevoir que dans leur fragile porosité. Chez François Tanguy, les images ne se figent jamais: elles sont en constante métamorphose, produites par le réagencement de cadres, panneaux, objets, planches. L’accumulation, l’encombrement et la variation viennent nous suggérer qu’il n’y a pas de sujet à traiter, de déclaration à faire, si ce n’est d’être le témoin d’un récit qui s’affirme dans ses hésitations. «Qui va nous raconter comment on va s’en sortir et si on va encore pouvoir s’en sortir?». Superposant les langues et les siècles, les spectacles du Théâtre du Radeau construisent une mémoire qui se propulse vers l’avant, composée de mots proférés il y a des centaines d’années. Les personnages sont tout à la fois corps et spectres, habitants d’un songe éveillé, dansant sur un plateau instable à la recherche de son horizontalité. Un horizon qui, s’il reste incertain, nous fait vivre un théâtre qui ne cesse de repenser son temps et son lieu.